Un compagnon de la Libération hors normes

Alias : Volume – Adrien Conus est né en 1900 à Moscou.

Il quitte la Russie avec sa famille au printemps 1918 à cause de la Révolution bolchevique. Lycéen à Paris, il est diplômé de l’Ecole spéciale des travaux publics en 1923.

De 1924 à 1926, au 51e régiment du Génie, il participe aux opérations du Maroc. Mobilisé comme sergent-chef de réserve en septembre 1939, il participe au ralliement de l’Oubangui-Chari puis rejoint les Forces françaises libres en août 1940. A Bangui, sous le commandement de son ami Pierre-Louis Bourgoin, il intègre le groupe franc du 2e Bataillon de marche de l’AEF (BM 2).

En 1941, il fait mouvement vers Durban avant de gagner Suez en avril, puis Qastina, en Palestine, où se regroupent les forces terrestres de la France Libre. Le sergent-chef prend part activement à la campagne de Syrie en juin 1941. Promu sous-lieutenant en septembre 1941 il regagne le BM2 en Egypte fin 1941. En mai 1942, en Libye, il a l’idée audacieuse de monter sur le Bren Carrier britannique, le canon de 25 mm français, transformant ainsi ce véhicule chenillé en un engin redoutable qui causera de gros dommages aux véhicules adverses. A Bir-Hakeim, à la tête de sa section il brise tous les assauts blindés dans son secteur.

Affecté à l’Experimental Work Shop du Middle East, il fait preuve d’ingéniosité en mettant au point un autocanon, le « Conus Gun », deux pelotons de ces auto-canons infligent aux blindés et véhicules allemands des pertes considérables. Il rejoint en avril 1943 le 1er Régiment de marche de spahis marocains (1er RMSM) pour prendre part à la campagne de Tunisie.

En octobre, envoyé à Londres, il est affecté à l’unité de parachutistes du colonel Bourgoin et intègre le Bureau central de renseignement et d’action (BRCA). Sous le pseudonyme de « Volume », il est déposé dans l’Ain le 6 juillet 1944 dans le cadre de la mission interalliée « Eucalyptus » ; il rejoint le Vercors. Le 23 juillet, il est fait prisonnier par les Allemands avec quelques camarades. Après avoir été torturé, il est désigné pour le peloton d’exécution avec ses compagnons. Placé devant ce dernier, il bondit sur les hommes qui allaient le fusiller, les bouscule, se jette dans un ravin et se cache dans un trou en se recouvrant de feuilles. Il échappe ainsi à la mort. Blessé, il est aidé par une vieille femme qui le soigne. A peine remis, il rejoint son poste dans le Vercors et prend part aux combats du maquis du Dauphinois. Promu chef de bataillon en septembre 1944, il se bat ensuite en Allemagne en infiltration derrière les lignes ennemies avec le commando A220. Après la capitulation allemande, il met sur pied le commando parachutistes avec lequel il part pour l’Indochine. Lieutenant-colonel il quitte l’Indochine au début de juillet pour revenir en France et se faire soigner. En mai 1947, de retour en Afrique, il reprend ses affaires en main et est nommé Inspecteur des chasses pour l’Afrique équatoriale française. Il s’éteint et il est inhumé à Bangui le 1er septembre 1947.  

Chevalier de la Légion d’Honneur – Compagnon de la Libération

Croix de Guerre 39/45 (5 citations) – Croix de Guerre des TOE avec palme

Médaille de la Résistance avec rosette – Médaille Coloniale avec agrafes

Médaille des Evadés – Distinguished Service Order (GB)

Commandeur de l’Ordre du Parasol Blanc et de l’Ordre du Million d’Eléphants (Laos)

Nous recommandons la lecture du livre ci-dessus de Pierre Servent qui permet de mieux découvrir ce compagnon.

Nous remercions l’Ordre de la Libération pour les informations fournies afin de nous permettre de rédiger cet article.

Patrick Ourceyre Mémoires du Mont-Valérien

LA RAFLE DU VEL ’ D ’ HIV

A l’occasion du 80éme anniversaire de ce drame, France 3 propose une soirée du souvenir spéciale le lundi 11 juillet.

En effet les 16 et 17 juillet 1942, près de 13.000 femmes, hommes et enfants juifs étaient arrêtés en région parisienne. Ce fût un des événements les plus tragiques de l’Occupation.

Deux documentaires inédits seront diffusés

En prime time « La rafle du Vel ’d’hiv, la honte et les larmes » réalisé par David Korn-Brzoza et coécrit avec Laurent Joly.

A 22h45 sera proposé « Les suppliques » de Jérôme Prieur et Laurent Joly. Ce film résulte d’une longue enquête sur des écrits adressés à l’administration française ou au maréchal Pétain.

Notre association de transmission de la mémoire recommande tout particulièrement cette soirée télévisée car aucune victime ne doit être oubliée.

Par ailleurs « Paris Match » vient également de tout juste éditer un long article sur des survivantes de ce terrible événement.

Patrick Ourceyre – Mémoires du Mont-Valérien.

Visite de l’école Jules Ferry – Clamart 30 juin 2022

en partenariat avec le Souvenir Français de Clamart

et Monsieur François Philipp son président

Le jeudi 30 juin, une classe de 22 élèves de CM2 accompagnée par François Philipp Président du Souvenir Français de Clamart, leur professeur, trois portes drapeaux et 6 adultes sont venues visiter le haut lieu de mémoire du Mémorial de la France Combattante.

Ils ont été reçus par notre secrétaire Général Exécutif Patrick Ourceyre. La visite a été menée par un guide de l’ONACVG et a été suivie d’une autre visite commentée au cimetière américain de Suresnes afin de participer à la descente des couleurs et au pliage du drapeau américain.

Patrick Ourceyre Mémoires du Mont-Valérien

18 JUIN

Boulogne-Billancourt

En présence des élus, du conseil communal des enfants (CCE), des représentants du monde combattant, de notre secrétaire Général Exécutif Patrick Ourceyre, des porte-drapeaux et de nombreux boulonnais, s’est tenue la cérémonie du souvenir de l’appel du 18 juin 1940 par le Général De Gaulle à Londres.

Trois jeunes élèves du CCE ont fait une lecture. Puis un dépôt de gerbes a eu lieu selon l’usage devant la stèle du général De Gaulle.

Patrick Ourceyre Secrétaire Général Exécutif ANMMV

Poètes et résistants

La FNAC nous parle des plumes de l’armée des ombres.

À l’occasion du soixantième anniversaire du débarquement de Normandie, les éditions Seghers ont réédité un ouvrage qui est entré dans la légende après la Seconde Guerre mondiale :

« La Résistance et ses poètes »

paru pour la première fois en 1974. Dans cette anthologie, enrichie d’une préface et de documents iconographiques inédits, Pierre Seghers retrace l’aventure individuelle et collective des poètes qui se sont engagés, au risque de leur vie, dans la lutte contre l’occupant, lors d’une des périodes les plus sombres de notre Histoire. L’anthologie de poèmes rassemble les grands noms de la poésie française du XXe siècle (Aragon, Char, Desnos, Eluard, Supervielle, Tardieu, Vercors) mais aussi de belles voix de poètes oubliés (comme celle de Marianne Cohn, militante des Jeunesses sionistes fusillée par les nazis à l’âge de vingt-trois ans)

Quelques poètes résistants : Paul Éluard (Poésie et vérité, 1942)

 » LIBERTÉ »

Paul Éluard

Au rendez-vous allemand, 1945), Robert Desnos (État de veille, 1943) il était également membre du réseau de résistance « Agir » et fabriquait des faux papiers pour des résistants et des juifs. Arrêté et déporté, il mourut au camp de Terezin, en République tchèque, en 1945.

Louis Aragon (Le musée Grévin, 1943 ; La Diane française, 1945)

René Char (Seuls demeurent, 1945) chef départemental d’un réseau de résistants dans les Basses-Alpes. Son pseudonyme de résistant était « Capitaine Alexandre ».

De nombreux poètes combattants et prisonniers sont restés dans l’anonymat. Leurs textes exprimaient leur amour de la liberté et de la vie, leur haine pour l’ennemi, leur admiration pour tous les résistants, leur douleur pour tous les déportés, fusillés et prisonniers.

Par leur poésie, ces poètes ont prêté main forte aux résistants et combattants clandestins contre l’occupation allemande. Leurs poèmes, rapides à lire, faciles à mémoriser, aisés à diffuser, ont dénoncé les atrocités de la guerre et porté des messages de révolte et d’espoir. La poésie a ainsi servi à faire passer des messages entre les différents groupes de résistants.

Exemple : Le poème « Liberté » de Paul Éluard a été parachuté par l’aviation anglaise en milliers d’exemplaires sur la France et les pays occupés, comme s’il s’agissait d’armes ou de tracts. Il a redonné espoir en la victoire des Alliés aux populations et aux combattants clandestins des maquis.

Nous vous recommandons la lecture de « La résistance et ses poètes » Edition Pierre Seghers.

Remerciements à la FNAC ainsi que les propriétaire des photos et les photographes et Google qui participent ainsi au transfert de la mémoire.

Patrick Ourceyre Secrétaire Général Exécutif MMV

Il y a 50 ans, les soldats oubliés du Tchad 

Serge BARCELLINI Président général du Souvenirs Français

1969 – 1972, l’armée française conduit la première contre-insurrection au Tchad. Cette intervention va imposer le modèle des opérations extérieures. 

Une décision d’intervention toujours difficile à prendre et de niveau présidentiel ; une armée française professionnalisée ;  une intervention réduite ;  des forces autochtones faibles, insuffisantes  et souvent corrompues ; une volonté française d’accompagner l’intervention militaire d’une réforme administrative (une intervention qui renforce les gouvernements en place).   Chacune de ces opérations extérieures va systématiquement faire renaître les réflexes anticolonialistes de la population.   Ces « Morts pour la France » vont être très rapidement oubliés.   Alors qu’à la suite de l’échec (relatif) de la dernière intervention française au Mali, le gouvernement semble s’éloigner des interventions en OPEX, Le Souvenir Français a souhaité rendre hommage aux 59 soldats « Morts pour la France » au Tchad, 59 soldats oubliés.   Peut-on aujourd’hui mourir pour le Tchad ? Et pourtant ces interventions extérieures ont contribué à la stabilisation, au moins temporaire, de l’Afrique.   En rendant hommage aux 59 soldats « Morts pour la France » au Tchad, nous participons à l’écriture d’une histoire de l’Afrique dont la France n’a pas à rougir.    
Serge BARCELLINI Contrôleur Général des Armées (2s)

Patrick OURCEYRE Secrétaire général Éxécutif MMV

Nous remercions Monsieur Serge BARCELLINI Président général du Souvenirs Français, ainsi que les auteurs des photographies empruntées via Google que nous remercions également pour leurs contributions au transfert de la mémoire.

Hommage aux ouvriers de Renault

Le mardi 8 juin, la ville de Boulogne-Billancourt a inauguré une plaque commémorative en mémoire des travailleurs de Renault-Billancourt qui ont donné leurs vies pour la résistance à l’occupant nazi.

Une centaine d’entre eux ont été déportés et une trentaine ont été fusillés.

Cet hommage a été commenté par une allocution de Monsieur le maire Pierre-Christophe Baguet et par la lecture de M. Arezki Amazouz Président de l’Association des anciens travailleurs de l’Ile Seguin (Atris). Il faut noter que cette démarche avait été initiée et facilitée de longue date par Robert Créange disparu à l’âge de 90 ans.

Des élèves du Lycée Simone-Veil étaient présents et ils ont lu un poème de Paul Eluard.

Vous pouvez voir cette plaque mémorielle sur la place Jules-Guesde près de la Sirène des usines.

Patrick Ourceyre Secrétaire Général Exécutif Memoires du Mont-Valérien

D DAY – Suresnes – 29 mai 2022

Sur invitation de Monsieur le super intendant de l’American Battle Monuments Commission Keith Stadler, nous étions présents à la cérémonie du souvenir au cimetière américain de Suresnes.

En présence de nombreuses autorités civils et militaires américaines et françaises, notre secrétaire Général Exécutif Patrick Ourceyre a déposé une gerbe en souvenir de tous ces jeunes américains morts en 14/18 et 39/45 pour que nous puissions aujourd’hui vivre libre et en paix.

En fin de cérémonie, selon la traditions, nous avons déposé un petit bouquet au pied de la sépulture d’un jeune soldat venu du Tennessee.                                                                                                        

Paix à leur âme

L’amitié Franco Américaine lie très étroitement nos deux hauts lieux de Mémoire que nous visitons régulièrement accompagnés par de jeunes collégiens et lycéens.

Patrick Ourceyre – Secrétaire Général Exécutif Mémoires du Mont-Valérien

CONVOYEUSES DE L’AIR

Début 1946, Marie-Thérèse Palu remplace Aliette Bréguet à la direction du service des convoyages et obtient le rattachement du service au GMMTA, ce qui a permis de faire de ce nouveau métier, une profession à part entière. Le premier concours a lieu en juin 1946. Pendant leur période au GMMTA, elles sont « Assistantes de bord » à bord des Dakotas et Junkers militaires. Le titre officiel de convoyeuse de l’air est créé en avril 1947. Il sera attribué au total à 107 jeunes femmes à l’issue d’un concours, nécessitant un stage probatoire de trois mois et 300 heures de vol. L’effectif est alors fixé à 35. La première promotion ne comptera que 20 recrues.

Elles sont militaires et font partie du personnel navigant. Elles sont sous les ordres d’une convoyeuse principale, elle-même sous les ordres du général commandant le Groupement des moyens militaires de transport aérien (GMMTA). Elles sont titulaires du brevet de convoyeur de l’air et elles sont chargées de l’exploitation des moyens médicaux des aéronefs médicalisés, lors des missions qui leur sont confiées.

Les convoyeuses de l’air en mission à Dien Bien Phu, Viêtnam

  • Paule Bernard (dite Carmen) – Aimée Clavel (dite Pepita)
  • Yvonne Cozannet (dite Coco) – Michaela de Clermont-Tonnerre (dite Boum)
  • Geneviève de Galard (dite L’ange de Dien Bien Phu) Cliquez sur son nom
  • – Mademoiselle Othnin-Girard
  • Elisabeth Gras (dite Lisbeth) – Brigitte de Kergolay (dite La mouche)
  • Arlette de La Loyere – Valérie de La Renaudie
  • Christine de Lestrade (1951) – Chantal Mees (1951)
  • Yolande Le Loc – Michelle Lesueur
  • Marie-Pierre de Montgolfier – Solange de Peyrimhoff – Alberte Othnin Girard

Convoyeuses de l’air disparues en mission

  • Berthe Finat, – Anne-Marie Rouanet 1947.
  • Geneviève du Breuil Hélion de la Guéronnière. – Lucienne Just 1947.
  • Béatrix de L’Épine, 1948 – Cécile Idrac 1949.
  • Geneviève Roure 1951 – Gisèle Pons, 1951.
  • Jacqueline Domergue, dite Jaïc (1924-1957) – Chantal Jourdy 1959.

Dans les années 1960, elles participèrent aux secours portés aux victimes des catastrophes naturelles. Elles interviennent en Mauritanie et au Ténéré. En 1995, elles ont réalisé 520 évacuations sanitaires, dont 155 pour la FORPRONU. En 1996, année de leur cinquantième anniversaire, elles effectuent 564 évacuations sanitaires, dont 267 en ex-Yougoslavie.

En 1997 elles sont intervenues au Tchad, en ex-Yougoslavie et lors de l’évacuation des ressortissants à Brazzaville.

Ces femmes très courageuses voulant toutes servir la France, dont beaucoup sont mortes durant la seconde guerre mondiale, méritent d’être mieux connues de nos jeunes générations et doivent absolument faire partie de nos mémoires.

Nous remercions tout particulièrement Wikipédia pour les informations nous ayant permis de réaliser ce document.

Patrick Ourceyre Secrétaire Général Exécutif Mémoires du Mont-Valérien

Marine Nationale

Commando Hubert – Nageurs de combat. L’élite de l’élite. Ils sont moins de cent.

Tous sont les héritiers des 177 volontaires FFL formés en Grande Bretagne pendant la deuxième guerre mondiale et débarqués sur les plages de Normandie le 6 juin 1944. Nombre d’entre eux ont donné leur vie pour sauver la France et nous nous devons de les garder dans nos mémoires. Certain ont souhaité disperser leurs cendres au large du Cannier.

Aujourd’hui ils portent toujours le béret vert à l’anglaise, écusson côté gauche. Ils sont basés à St Mandrier sur Mer près de Toulon. Ils ont une spécialité : évoluer en milieu subaquatique parfois à partir d’un sous-marin ou d’un navire de la Royale. Ils sont spécialement entrainés pour pénétrer furtivement dans un port, mener une action contre un bâtiment ennemi ou une base maritime.

Leurs équivalents dans le monde sont les :

NAVY SEALs américains

et les SBS britanniques

Special Boat Service

Patrick Ourceyre Secrétaire Général Exécutif Mémoire du Mont-Valérien

Nous remercions le Figaro Magazine du 20 mai 2022 pour leur article publié « Profession Nageur de Combat » et Wikipédia pour leur informations et documents et l’aide qu’ils nous apportent pour la transmission de la mémoire