Le renseignement : un allié indispensable pour gagner

Le Général De Gaulle, à la demande de Sir Winston Churchill et avec  à l’Intelligence Service met sur pied un réseau de renseignements composé d’hommes de la France libre

Le Bureau central de renseignements et d’action (BCRA) à partir du 1er septembre 1942 est donc le service de renseignement et d’actions clandestines de la France libre. Il sera fusionné avec les services de l’Armée en Algérie en 1943 au sein de la direction générale des services spéciaux (DGSS). En firent parti les réseaux du Colonel Remy :

La Confrérie Notre-Dame (CND), par la suite appelée CND-Castille qui était un réseau de renseignements français validé en 1940 par le colonel Rémy, envoyé par Londres pour connaître la véracité des renseignements que le réseau constitué par Louis de La Bardonnie leur fournissait.  Il s’agit d’un réseau de renseignements rallié à la France libre, c’est l’un des premiers réseaux du Bureau central de renseignements et d’action (BCRA), cité ci-dessus. Ce réseau français libre est sans doute l’un des plus importants réseaux de renseignements militaires de la Résistance avec le réseau Alliance. Il est aussi l’un des tout premiers créés en France, validé par un agent de premier plan, Gilbert Renault dit « Raymond » (plus tard « Rémy »). Le Colonel Rémy envoyé vers la métropole dès l’été 40 par le 2e Bureau de la France Libre donnera à l’organisation le nom de Confrérie Notre-Dame afin de la placer sous la protection de la Vierge.

De son côté, le réseau Alliance était aussi l’un des plus actifs réseaux de renseignement de la Résistance, avec la Confrérie Notre-Dame et, comptant jusqu’à 3 000 membres, le plus important des réseaux travaillant avec l’Intelligence Service britannique (IS ou MI6) sur le territoire français. Le réseau dénombre au total 438 morts sur plus de 1 000 arrestations. Chaque membre, pour préserver son identité, se vit désigner un matricule en accord avec l’IS. Puis, pour rendre plus pratique la communication entre les différentes parties, les dirigeants du réseau adoptèrent des surnoms ou pseudonymes rappelant des noms d’animaux. C’est pourquoi la police allemande lui a attribué le nom original d’Arche de Noé. Toutefois, certains groupes, agglomérés au réseau, gardèrent des pseudonymes de métier. Le colonel Édouard Kauffmann « criquet » (appelé pour la cause « manitou ») créa un service de défense armée « les Apaches » dont les membres portèrent des noms d’indiens ou de tribus indiennes.

(Extraits wikipédia) Patrick Ourceyre

NOMINATIONS DE LA PROMOTION « Charles de MONTAIGNE » 19 novembre 2022

Décision du 19 novembre 2022 portant nomination dans la catégorie « Médaille de Reconnaissance et Croix du Mérite » de l’Association Nationale Mémoires du Mont-Valérien

« PROMOTION Charles de MONTAIGNE »

Par décision du Président de l’Association Nationale Mémoires du Mont-Valérien, sur proposition du Chancelier de l’Association après avoir réuni le comité d’attribution, les décisions de nomination pour la « Promotion Charles de MONTAIGNE » du 19 novembre 2022 » sont les suivantes et prendront rang à compter de la date de leur réception.

MÉDAILLE DE LA
RECONNAISSANCE

Monsieur Alain PY

CROIX DU MÉRITE ÉCHELON
« BRONZE »

Monsieur Pierre CLAUDE

CROIX DU MÉRITE ÉCHELON
« BRONZE avec Étoile »

Monsieur Louis GODON

CROIX DU MÉRITE ÉCHELON
« ARGENT »

Mademoiselle Agathe HEBRAS

CROIX DU MÉRITE ÉCHELON
« OR avec Étoile »

Monsieur Robert HEBRAS

Pour votre information concernant Monsieur Robert HEBRAS

Monsieur Robert HEBRAS est le dernier rescapé du massacre du 10 juin 1944 à ORADOUR sur GLANE. Après plusieurs années muré dans le silence et le travail il œuvre depuis les années 80 pour le travail de mémoire, la lutte contre le négationisme et le rapprochement Franco-Allemand. Durant près de 40 ans il a accueilli des milliers de scolaires et séniors pour raconter son histoire. Il est allé en Allemagne, en Belgique, en Pologne et bien d’autres pays européens pour témoigner. Il est tout à fait normal que sur la proposition de Monsieur Christophe SENCIER

Nous remercions le journal « Sud-Ouest » propriétaire de la photo ci-dessus contribuant ainsi au transfert de la Mémoire.

Christophe SENCIER Délégué régionale « Nouvelle-Aquitaine »

Alain FABER Président des Mémoires du Mont-Valérien

L’île de La Réunion dans la Seconde Guerre mondiale

Le Léopard

Le 1er septembre 1939, pour la métropole, comme pour l’île de La Réunion et les autres colonies françaises, est marqué par la mobilisation générale.

 Le général de Gaulle décide, le 11 novembre, « d’effectuer le ralliement » de La Réunion.

Dans la nuit du 27 au 28 novembre, un navire, le contre-torpilleur des Forces navales françaises libresLe Léopard, sous le commandement du capitaine de frégate Jacques Evenou – dit Richard –, se présente dans la rade de Saint-Denis. A compter du 29 novembre le nombre de volontaires pour les Forces françaises libres atteint 1 300, mais seuls 200 quittent La Réunion. Plus tard, une évaluation relative à l’implication des Réunionnais dans le conflit fait état de 8 539 soldats mobilisés de 1939 à 1945. Finalement, près de 3 500 hommes ont effectivement quitté la colonie et 200 ont servi dans les rangs des FFL 

Le 1er décembre, un décret, signé à Londres par le général de Gaulle, charge officiellement André Capagorry des fonctions de gouverneur (1942/1947) et il s’est vu alors décerné la croix de la Libération le 19 octobre 1944. 

En 1946, la Réunion accède au statut de département français.

Pour plus d’informations concernant cette période sur l’Ile voir https://journals.openedition.org/rha/7243

Patrick Ourceyre Mémoires du Mont-Valérien

Saint Germain en Laye le 30 novembre 2022

Hommage au 75ème anniversaire de la disparition du général LECLERC. Au 120ème anniversaire de sa naissance. Au 70ème anniversaire de son accession, à titre posthume, à la dignité de maréchal de France

Sur invitation de l’Association de l’Amicale des Anciens et Amis de la 2ème D.B. « Division Leclerc » des Yvelines avec le soutien dela Ville de Saint-Germain en Laye et l’Etat-Major IDF, le Président Alain FABER représenta les Mémoires du Mont-Valérien à cette cérémonie d’hommages au général Leclerc.

Général Jean Paul MICHEL président de l’Association des Anciens de la 2ème DB, et président de la Fondation Maréchal Leclerc de Hauteclocque 

Intervention du général Jean Paul Michel

Cette année 2022, nous avons choisi de célébrer le général Leclerc, maréchal de France. C’est effectivement le 120e anniversaire de sa naissance mais aussi le 75éme de sa disparition et le 70 de son élévation à la dignité de maréchal de France.

Mais, en plus de ces anniversaires, il nous a semblé important de faire connaitre la personnalité du gal Leclerc et le rôle qu’il joué durant la 2e GM, alors que, de nos jours, l’histoire enseignée aux élèves a tendance à gommer les figures illustres de notre roman national. Ainsi, Leclerc a disparu des manuels d’histoire de l’éducation nationale. Or les jeunes générations ont besoin, plus que jamais, de s’identifier à des exemples, des modèles, en un mot à des héros. LECLERC en est un et à ce titre, mérite d’être mieux connu des jeunes français car sa vie a été irréprochable, sa vie d’homme et de chef militaire.

C’est tout d’abord un patriote pur et dur : la liberté de la France passe avant tout. Il est prêt à tous les sacrifices pour continuer le combat. S’étant soustrait par deux fois aux troupes allemandes, il traverse la France à vélo pour gagner la péninsule ibérique puis l’Angleterre. Rien, aucun obstacle ne peut l’arrêter. A peine arrivé au Tchad, il désigne le fort italien de Koufra à sa poignée d’hommes démunis de tout. La volonté et le moral vont être les seuls moteurs de ces « clochards épiques » comme les appelaient Malraux. Et c’est la première victoire de la France libre en 41 alors que les forces de l’axe sont partout dominantes.

Leclerc est aussi un formidable rassembleur d’hommes. La mise sur pied de la 2e DB fut sa plus grande victoire comme il le prétendit. En effet je cite Pierre Debray « toutes les convictions politiques, religieuses, philosophiques étaient représentées à la Division. Elles ne se heurtèrent jamais. Elles ne furent pas, non plus, jamais reniées. Chacun avait compris que sans rien aliéner de ses croyances, il est possible de les accorder à celles de ses voisins si l’union se fait, non sur des intérêts, mais sur des idéaux : le sens du devoir, l’amour de la France, le goût de l’effort, le désintéressement. ». Quel bel exemple d’union et de fraternité pour notre société française actuelle !

Exemplaire en tant qu’homme, Leclerc n’a connu que la victoire comme chef militaire. Après Koufra en 1941, il a pris l’ascendant sur les Italiens en 1942, lors des campagnes du Fezzan et de Tripolitaine et, en 1943 sur l’Afrika Korps de Rommel en Tunisie. En France, en 44, la 2e DB est très vite devenu le fer de lance de la 3e armée de Patton. Gal Patch surnommait les gars de Leclerc les « crack troops » (la troupe hors-pair). Leclerc, en effet, maniait sa division blindée avec dextérité, utilisant la manœuvre et la vitesse pour surprendre l’ennemi. Les Allemands l’appelait la « Blitz division » la division l’éclair. Grâce à sa tactique, Leclerc économisait la vie de ses soldats. Il refusait le choc frontal. Les obstacles, il les contournait toujours. En conséquence, la 2e DB a eu deux fois moins de morts dans ses rangs qu’une division française comparable. Ce chef économe de leur vie faisait que ses soldats avaient une véritable vénération pour lui. Son esprit manœuvrier a aussi permis de limiter les pertes civiles et les destructions. Alençon, Paris, Strasbourg ont été prises sans dégradations car l’ennemi n’a pas eu le temps de réagir. Toutes les localités libérées par la 2e DB ont eu de la chance. Vous savez tous, ce qui est arrivé aux villes françaises sur la côte atlantique (St Nazaire détruite à 85%, Royan à 80%, Le Havre, Brest) sans parler des nombreuses villes allemandes de l’autre côté du Rhin qui ont été complètement rasées.

DG a écrit : « l’épopée de LECLERC, c’est pour toujours une des plus belles pages de notre histoire » Ce qu’a accompli ce chef militaire et son unité est à rappeler aux jeunes pour, qu’à leur tour, ils adoptent dans leur vie, les valeurs de courage, de l’honneur, du sens du devoir, de droiture, de fierté et de patriotisme. Apprenons donc à nos enfants à prendre comme modèle ce héros de légende dont la vie est sans tâches, à admirer son engagement et à s’inspirer de son énergie, face aux difficultés.

C’est le rôle des associations patriotiques que de remplir cette mission de mémoire en complément de celle des élus, des communes et des parents. C’est le but du rassemblement d’aujourd’hui et je remercie St Germain-en-Laye et son maire de nous avoir donné, cette année, l’occasion d’évoquer le général Leclerc et ses hommes.

Vivent St Germain-en-Laye, Vive la 2e DB, Vive la France.

***

Alain FABER Président des Mémoires du Mont-Valérien

HOMMAGE A DEUX RÉSISTANTS FRANÇAIS

Nous avons le plaisir de publier un article rédigé par notre ami Thierry Plaitin Président International IMOSPHINX ACADEMY Belgium.

Le 2 septembre 1944, quelques jours avant la libération, un événement tragique s’est produit sur la ligne ferroviaire Ypres-Kortrijk, près de Hill 60. Les troupes allemandes cantonnées à Ypres et à Poperinge amenaient les prisonniers et le matériel afin de les transporter par train de Courtrai vers Poperinge. Arrivé à Hill 60, le train s’est arrêté à la limite entre Zillebeke et Hollebeke, et, comme d’habitude, une deuxième locomotive devait attendre afin de fournir une traction supplémentaire.

Deux soldats français prisonniers dans l’un des wagons de marchandises sont abattus par les Allemands. Les résidents locaux ont entendu quelques coups de feu et, à 200 mètres de là, deux corps sans vie gisaient. Il s’agissait de Pierre Marchant et Lucien Olivier. Par la suite, il s’est avéré que ces deux personnes appartenaient à la résistance française. Les deux Français avaient été surpris à la gare de La Madeleine près de Lille, leur ville natale, alors qu’un train transportant des officiers SS entrait en gare. Soupçonnant une attaque, ils ont été encerclés puis capturés et transportés en train vers la Belgique, à Ypres.

Ont-ils été traînés hors du train et exécutés ou se sont-ils échappés ?. Ont-ils fui lorsque le train les attendait et ont-ils été abattus ? Ce qui s’est passé ce jour-là restera peut-être toujours un mystère. Les deux Français ont été provisoirement enterrés dans le village de Zillebeke. Plus tard, ils ont été réinhumés dans leur ville natale. Le 18 octobre 1969, dans le cadre des cérémonies commémorant les 25 ans de la libération, , une pierre commémorative a été dévoilée pour rappeler cet événement au site Hill 60 à Zillebeke à l’initiative d’IMOSPHINX ACADEMY Belgium.

Avec tous nos remerciements à nos amis belges.

Patrick Ourceyre Mémoires du Mont-Valérien.

CEREMONIE OPEX

Le 19 novembre au parc André Citroën a été organisée conjointement avec le Président de l’UNC 75 M. Philippe Bouland une cérémonie du souvenir de l’opération Daguet.

Notre association nationale était représentée par notre secrétaire général Exécutif M. Patrick Ourceyre accompagné par notre trésorier M. Hervé Bergot.

Plusieurs porte-drapeaux ont participé ainsi que l’adjointe au Maire du 15émé arrondissement Mme Clotilde Derouard chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants avec laquelle s’étaient regroupés plusieurs sympathisants et d’anciens Opex dont M. Philippe Troehler Président de la SNEMM Section 1274 du Kremlin-Bicêtre.

Un dépôt de gerbe a eu lieu par M. Philippe Bouland, Mme Clotilde Derouard et le président du comité d’entente du 15éme arrondissement.

Cette cérémonie très digne a pris fin à 16h45.

Patrick Ourceyre Mémoires du Mont-Valérien

G.E.R.M.A.S. 15/060-E.S.T.S.2 E.060

Le 19 novembre à l’hôtel Mercure de Velizy, notre secrétaire général exécutif Patrick OURCEYRE, à l’invitation de son Président M. Phuoc TRAN DAÏ, était présent pour l’AG du 50éme anniversaire de cette belle et sympathique association.

Une remise de décoration de notre association nationale Mémoires du Mont-Valérien a eu lieu par notre secrétaire général exécutif M. Patrick Ourceyre à M. Olivier KERMAREC , croix du Mérite Bronze de la promotion » Général de Gaule 2020″.

Parmi une nombreuse assistance, nous avons eu le plaisir de pouvoir rencontrer le Général Bertrand ainsi que le Colonel Géraldine BORREL, Commandant de la Base Aérienne 107 et DMD des Yvelines.

Le vice-président Jean-Pierre SOURDAIS a présenté le contenu de l’AG durant laquelle a été diffusé un documentaire très intéressant sur la catastrophe KRADOU à Mezilhac.

Tout nos compliments aux organisateurs de cette belle réunion d’anciens et amis du GERMAS.

Patrick OURCEYRE Mémoires du Mont-Valérien.

LES RÉVOLTÉS DU 11 NOVEMBRE

Hitler a interdit toute commémoration de l’Armistice. Fin octobre, le feu couve dans plusieurs universités. Les étudiants se livrent à quelques manifestations « V » tagués sur les murs, des œufs sont lancés sur des emblèmes nazis. Des tracts sont diffusés et l’agitation gagne les lycées, il est demandé « rendez-vous le 11 novembre à l’Étoile ».

« Étudiant de France,
Le 11 Novembre est resté pour toi jour de
Fête Nationale
Malgré l’ordre des autorités opprimantes, il sera
Jour de Recueillement.
Tu n’assisteras à aucun cours
Tu iras honorer le Soldat Inconnu 17 h 30
Le 11 Novembre 1918 fut le jour d’une grande victoire
Le 11 Novembre 1940 sera le signal d’une plus grande encore
Tous les étudiants sont solidaires pour que
Vive la France.
Recopie ces lignes et diffuse-les. »

Le 10 novembre la préfecture diffuse des mises en garde et aucune démonstration ne sera tolérée. A 16heurs c’est la fin des cours pour les lycéens qui arrivent de toutes les rues adjacentes de la place de l’Étoile. Des élèves de Janson arrivent avec une gerbe portant de nombreux œillets en forme de Crois de Lorraine. La moyenne d’âge sera établie à 18 ans. La foule est estimée à trois à cinq mille manifestants. A 18heurs les soldats allemands sifflent la fin de la « récréation ». La place de l’Étoile est rapidement vidée. Mais il y a eu des blessés graves, pas de morts et une centaine d’arrestations.

Ce fût la première manifestation collective contre les envahisseurs avec le désir de défendre le pays et la liberté.

Ne les oublions pas car la valeur n’attend pas le nombre des années.

Patrick OURCEYRE Mémoires du Mont Valérien

Un peu d’histoire avec nos amis belges

Le 11 novembre 1920, la France et le Royaume-Uni inhument leur soldat inconnu. Le soldat inconnu français sera inhumé à Paris sous l’Arc de Triomphe et le soldat inconnu britannique (The Unknown Warrior) sera inhumé à Londres dans l’abbaye de Westminster.


En 1922, la décision d’inhumer un soldat inconnu belge a été prise.
Dès novembre, les restes de cinq soldats non identifiés morts pendant le conflit son exhumés dans cinq cimetières représentant les différents champs de bataille belges :
– Liège,
– Namur,
– Lierre pour Anvers,
– Keiem près de Dixmude sur le front de l’Yser,
– Adegem lors de la bataille de libération et de reconquête en octobre 1918.
Le 10 novembre 1922, un train spécial amène les dépouilles en la gare de Bruges où la salle d’attente de première classe est transformée en chapelle ardente.

Accompagné du Ministre de la Défense Nationale, Monsieur Albert DEVEZE ( Ypres 6/06/1881 – Bruxelles 28/11/1959 ), Monsieur Reinold HAEZEBROECK, aveugle ayant perdu la vue pendant la guerre à Dixmude, a l’honneur de désigner le cercueil du soldat inconnu.
Selon les sources de l’époque, le choix de Monsieur HAEZEBROECK s’est porté sur la quatrième bière en se souvenant du numéro de l’unité à laquelle il appartenait : 1ère Division d’armée, 1er Groupe, 1er Escadron, 1er Peloton.
Après que le soldat inconnu ait été désigné, le corps est placé dans un cercueil spécial en acajou orné de casques et de lauriers d’argent.
De 18 à 21 heures, la population pourra se recueillir devant le cercueil surmonté d’une grande croix. Les autres cercueils auront également le même hommage. Tandis que les 4 bières restantes seront inhumées dans le cimetière militaire de Assebroeck le 11 novembre, le cercueil contenant la dépouille du soldat inconnu prendra la direction de Bruxelles.

Le soldat inconnu arrive par train à la gare de Bruxelles-Nord et sa dépouille sera transférée jusqu’à la Colonne du Congrès sur un affût de canon. Le cortège funèbre comprenant aussi le Roi Albert et son fils, le Prince Léopold, tous deux casqués. Arrivés sur place, le cercueil sera déposé par huit invalides de guerre dont chacun a perdu un bras, quatre gauche et quatre droits.

Une fois fait, les honneurs sont rendus et avant l’inhumation, le Roi attache sur un coussin de velours les décorations suivantes :
Croix de Chevalier de l’Ordre de Léopold avec palme,
Croix de Chevalier de l’Ordre de Léopold II avec palme,
Croix de guerre avec palme,
Médaille de l’Yser,
Médaille de la Victoire,
Médaille Commémorative 1914-1918.
Les chefs des délégations alliées y épinglent quant à eux les distinctions ci-après : Croix de guerre française,
Croix de guerre italienne,
Croix de guerre polonaise,
Croix de guerre roumaine,
Croix de guerre portugaise,
United States Medal of Honor.
A 11h25 un coup de canon annonce la descente du corps dans la tombe et la dalle mortuaire est scellée avec comme inscription : Ici repose un soldat inconnu mort pour la Patrie 1914-1918
Je vous invite à participer ce vendredi à cet hommage à Bruxelles ou dans votre ville ou votre commune où une cérémonie se déroulera.
Thierry PLAITIN
Président International IMOSPHINX ACADEMY Belgium

En hommage à notre amitié franco belge.

Patrick Ourceyre Mémoires du Mont Valérien.

9 Novembre 2022

52éme anniversaire du décès du GÉNÉRAL DE GAULLE

En ce 9 novembre 2022, ayons une pensée toute particulière pour ce grand homme d’état qui nous a laissé un bel héritage en nous incitant à toujours résister en toutes circonstances.

En effet, le 9 novembre 1970 la « France était veuve » car il avait une haute idée de la France.

Il a emporté avec lui plus d’un demi-siècle d’histoire et occupé une place toute particulière dans notre pays.

Souvenons-nous tous de lui et continuons de faire perdurer son héritage et sa mémoire.

Patrick Ourceyre Mémoires du Mont Valérien.

ARMISTICE – 11 NOVEMBRE

La clairière de Rethondes et son wagon ne sont pas toujours bien connus malgré l’ importance historique de ce lieu de mémoire.

La fameuse signature a eu lieu en quatre fois, celle signée le 11 novembre ne fut conclue que pour 36 jours. Une prolongation fut ensuite signée un 13 décembre dans le même wagon mais en Allemagne puis une nouvelle fois en janvier 1919 et enfin une quatrième fois sans date d’expiration en juin 1919.

Quand est-il du wagon exposé dans cette clairière ??

Le vrai a brulé en Allemagne sous un bombardement américain et n’a laissé aucune trace.

La compagnie des wagons-lits en 1950 a offert un ancien vrai wagon restaurant de la même série le N° 2439. Il a été exposé dans la cour des Invalides sous les intempéries. C’est finalement un mécène américain qui en finance la restauration et son retour dans la clairière.

Nous vous encourageons vivement à venir visiter ce lieu de mémoire.

Patrick Ourceyre Mémoires du Mont Valérien