Les animaux les grands oubliés de la guerre, par Antonin SAMSON, rédacteur de MMV Infos

LE FOX-TERRIER A POIL DUR BEAUTYFUT HONORÉE POUR AVOIR AIDE A LOCALISER LES VICTIMES D’UN RAID AÉRIEN SOUS LES DÉCOMBRES LORSQU’ELLE TRAVAILLAIT AVEC L’ÉQUIPE DE SECOURS DE LA PDSA PENDANT LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE.IL REÇUT LA MÉDAILLE DICKIN LE 12JANVIER 1945

DURANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE,DES SOLDATS A «QUATRE PATTES» FURENT ENRÔLES DANS DES MISSIONS MILITAIRES. ILS SONT LES GRANDS OUBLIES DE L’HISTOIRE, POURTANT ILS ONT JOUE UN RÔLE ESSENTIEL…

Qu’ont-ils en commun ces chevaux français, ces chiens anglais, ces rennes finlandais, ces dromadaires libyens, ou ces éléphants birmans? Bien malgré eux, ces «soldats à quatre pattes» furent enrôlés de 1939 à 1945 dans de périlleuses missions militaires, en première ligne sous une pluie d’obus ou à l’arrière, comme animaux dévolus au transport des troupes et du matériel.

Les animaux sont partout durant ce conflit majeur de l’Histoire. De la terrasse du Berghof (résidence secondaire d’Hitler) où Hitler prépare l’annexion de la Pologne en compagnie de sa chienne Blondi, en passant par Stalingrad où 51000 chevaux périrent, exténués comme les Hommes par le feu, la faim et le froid glacial. Des lacs finlandais où les rennes et les chiens aidèrent à la guérilla contre les Soviétiques, en allant jusqu’à l’Afrique du Nord où les soldats italiens épuisèrent des dromadaires lestés de 200 litres d’essence. Des plages du débarquement en Normandie et le sacrifice de centaines de moutons utilisés pour faire sauter les mines allemandes, jusqu’à l’Asie et l’utilisation de la force colossale des éléphants afin de dresser des pylônes ou d’aplanir des terrains d’aviation…

Le rôle de nos amis les animaux tend à être de plus en plus reconnu, comme en témoigne la médaille Dickin qui voit le jour en 1943 au Royaume-Uni, destinée à honorer les plus braves des «bêtes de guerre». Jusqu’à la fin du conflit, elle sera décernée pas moins de cinquante-quatre fois. Les héros? Trente-deux pigeons, dix-huit chiens, trois chevaux et un chat. En France, maintenant encore, l’armée de terre recrute, entraine et chouchoute des animaux, soit pour leur utilité directe sur le terrain, soit pour leur statut de mascotte. Au Mont Valérien, à proximité de Paris, il existe encore le plus vieux colombier militaire d’Europe, maintenu essentiellement pour entretenir la tradition. Mais cette «guerre des animaux» en apparence anodine révèle beaucoup de la folie des hommes: à Hiroshima, seuls les cloportes ont survécu.

Antonin SAMSON

Spécial Jeune Lecteur.

Pour agrémanter le texte d’Antonin SAMSON

vous êtes invité à regarder ce dessin animé sur le

chien « STUBBY » un bon moment pour une histoire issue de la réalité de la guerre 14/18.

Stubby

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :