Le « Baron belge » un héros méconnu  

Voici des extraits d’une étude rédigée par Monsieur Didier JADOT (IMOSSPHINX Academy BELGIUM) que nous remercions vivement.

Le Baron Jean-Michel de Sélys Longchamps, tel se nomme notre sous-lieutenant, est un battant. Après bien des péripéties, il finit par rejoindre l’Angleterre avec le but de rentrer dans la Royal Air Force.

En faussant sa carte d’identité, il se fait admettre à l’école de pilotage de Odiham près de Basingstoke dans le Hampshire, en janvier 1941.

Le 14 août 1941, il est affecté au 61 Operational Training Unit qui va lui donner le dernier pli nécessaire à un pilote de chasse, et le 30 septembre, le Pilot Officer (sous-lieutenant) fait son entrée au 609 Squadron équipé de Supermarine Spitfire.

Il est de tous les combats, aucune mission ne lui disconvient, tant de jour que de nuit, du combat aérien aux attaques de voies de chemin de fer, de navires ou de véhicules, il vole tant qu’il peut avec au ventre cette rage de venger son pays et sa famille qui sont sous le joug Allemand.

Par esprit de vengeance, il décidera d’attaquer en plein jour le siège de la GESTAPO sur l’Avenue Louise à Bruxelles. Après la fin d’une mission, il met le cap sur Gand en plongeant au ras des marguerites, il passe Gand en rase mottes en met le cap sur Bruxelles à quelques minutes de vol seulement. Arrivé en face du 453 Avenue Louise, le QG Bruxellois de la GESTAPO, et ouvre le feu de ses 4 canons. Visant l’immeuble de bas en haut tout en appuyant sur la détente et en relevant lentement son « manche à balai », il ratisse l’immeuble de ses obus de 20 mm, causant des dégâts très conséquents et tuant ou blessant plusieurs nazis. Sur le retour il lâche au-dessus de Bruxelles et sur les villages le long de sa route de retour, une foule de petits drapeaux Anglais et Belges, que des enfants de l’école primaire de Manston ont bricolé pour lui. Après cet « exploit », il fut rétrogradé au rang de Pilot-Officer pour son manque de discipline et d’obéissance.

Finalement le 31 May 1943, lors de son 31° anniversaire, il est décoré de la DFC (Distinguished Flying Cross), décoration prestigieuse décernée pour faits de bravoure et de courage. Il est déjà détenteur de la Croix de Guerre avec 2 palmes (deux citations à l’ordre de l’Armée) et un lion de bronze (une citation à l’ordre de la division ou du régiment), et de la croix de chevalier de l’ordre de Léopold I.

Il continuera à enfiler les missions tant qu’il peut, jusqu’au 16 août 1943, lorsque la mort viendra frapper à sa porte. De retour d’une mission et tout en se posant son train d’atterrissage casse et l’avion se brise en deux dans une boule de feu : Jean-Michel est mort sur le coup.

Nous avons un profond respect pour ce remarquable et prestigieux pilote belge dont il faut garder la Mémoire.

Patrick Ourceyre Secrétaire Général Exécutif Mémoires du Mont Valérien

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :