Groupe Guy-Môquet

Au début, ils étaient seize et le plus jeune avait 16 ans. Le patriotisme et le courage en juin 1940 a permis la naissance d’un noyau de résistance à Larnod (Doubs). Un groupe de jeunes trouve par hasard un jour sur une route un stock de fusils Lebel qui avait été abandonné.

Après un appel de Londres ils vont trouver à s’en servir. Début 1941 sous les ordres de Marcel Simon (21 ans) ils entrent en résistance. Leur premier attentat aura lieu en septembre 1942 en faisant sauter une écluse. Finalement ils en commettront 31.

En 1943 ils rejoignent les FTP et prennent le nom de groupe Guy-Môquet. Une partie de ce groupe est arrêtée en juillet et ils sont jugés en septembre en même temps que le groupe Marius-Vallet, seize sur vingt-trois sont condamnés à mort. Ils sont fusillés les yeux non bandés à la citadelle de Besançon en criant « Vive la France »

La  stèle ci-dessus se trouve sur un piton rocheux surplombant la vallée du Doubs, au lieu-dit « Le Rocher de Valmy ».

Encore une fois de plus nous constatons que la valeur n’attend pas le nombre des années. En leur honneur en 2015 un spectacle d’une heure et demie intitulé « Amis entends-tu ? » a été présenté devant un nombreux public dans la cour des Invalides.

Ils s’appelaient Henri, Marcel, Georges ou Roger et méritent notre respect et nous devons continuer à transmettre leur mémoire.

Patrick Ourceyre Secrétaire Général Exécutif Mémoires du Mont-Valérien

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :